Tag:

Innovation

Le Maroc devient la troisième économie africaine dans le secteur de l’innovation. Si la Suisse reste, comme en 2018, à la tête du classement, le Maroc, lui, progresse et gagne deux places par rapport à l’an dernier, devenant la 74e économie sur les 129 évaluées au total. En Afrique, le royaume se classe à la troisième place des économies les plus florissantes du continent, derrière l’Afrique du Sud (63e) et la Tunisie (70e). Au niveau maghrébin, le Royaume arrive loin devant l’Algérie, classée à la 113e place.

Ce classement des pays d’après l’indice mondial 2019 de l’innovation a été publié dans un document mercredi 24 juillet par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), en partenariat avec différents autres acteurs et institutions internationales. Cet indice, qui s’appuie sur 80 indicateurs, tend à offrir une vision large de l’innovation et un point sur l’environnement politique, l’éducation, l’infrastructure et le perfectionnement des entreprises.

L’économie marocaine produit plus de résultats d’innovation (outputs) par rapport à son niveau d’investissement dans l’innovation (inputs), ce qui lui permet de convertir efficacement les investissements dans l’innovation en produits et services plus performants et de meilleure qualité.

Le Maroc est aussi en progression par rapport à l’année passée dans les domaines de l’éducation, où il passe de la 68e à la 47e place, ainsi que dans celui du commerce et de la concurrence, en passant de la 52e à la 49e place. Il recule en revanche d’une place dans le secteur du développement durable, et arrive à la 47e place. En revanche, le pays s’illustre dans les actifs immatériels, où il est classé 43e au niveau mondial. Plus précisément, le Royaume est 39e en ce qui concerne le dépôt de marques par origine et PIB et 9e pour les dessins et modèles industriels par origine et PIB.

Malgré ces classements, les indicateurs liés au perfectionnement des affaires continuent à enregistrer des scores faibles (122e), de même que la collaboration recherche-université-industrie (103e) alors que le pilier “capital humain et recherche” (75e) est impacté par une faible performance des dépenses R&D allouées par les entreprises.

 

 

 

 

Source : https://www.huffpostmaghreb.com/entry/le-maroc-troisieme-economie-africaine-dans-le-secteur-de-linnovation_mg_5d3ad805e4b0c31569e9a459

0 comment
0 FacebookTwitterPinterestEmail

Dans le sud du Mozambique, il y a des solutions sur la désinfection de l’eau de manière performante, durable et peu coûteuse pour couvrir les besoins essentiels des habitants des zones reculées d’Afrique.

Ces solutions sont développées dans le cadre d’un projet de recherche mené en commun par des chercheurs africains et européens et appelé SafeWaterAfrica : il s’agit d’un prototype de petite station d’épuration des eaux usées qui est en cours d’installation à Ressano Garcia.

Rappelons que le Mozambique figure parmi les 16 pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe et qu’environ 40 % de la population de ses États membres n’a pas accès à l’eau potable : ce qui représente quelque 130 millions de personnes. Ressano Garcia est une petite ville près de la frontière avec l’Afrique du Sud qui illustre la gravité et l’urgence de la situation. Les habitants utilisent les sources d’eau à leur disposition, indique fr.euronews.com.

L’eau à laquelle les gens ont accès est propre

« Actuellement, 14.000 personnes vivent dans cette ville », explique Silvestre Mario Trigo, responsable de l’usine de traitement des eaux municipale. « Une partie d’entre elles n’ont pas accès à l’eau potable et donc, viennent prendre de l’eau dans la rivière, or l’eau de cette rivière n’est pas traitée », souligne-t-il. « Donc quand elle est utilisée ensuite par les habitants, elle cause des diarrhées et d’autres maladies liées à l’eau », dit-il.

De l’eau contaminée peut effectivement transmettre des affections comme le choléra, la dysentrie, la typhoïde ou la polio même si la diarrhée est la maladie la plus fréquente sur place. Elle touche environ 10% des quelque 500 patients pris en charge chaque jour dans ce centre de santé local.

« L’une des principales causes des diarrhées et des maladies diarrhéiques, c’est la mauvaise qualité de l’eau », insiste Abdul Rafael Sega, directeur du centre médical de Ressano Garcia. « Il est parfaitement évident que plus l’eau à laquelle les gens ont accès est propre, plus cela améliorera l’état de santé de l’ensemble de la population », fait-il remarquer, ajoute le site d’information.

 

 

 

 

 

 

Source : https://www.vivafrik.com/2019/07/16/lafrique-se-dote-dune-nouvelle-technologie-qui-rend-leau-plus-propre-a32374.html

0 comment
0 FacebookTwitterPinterestEmail

La branche du fabricant finlandais dédiée à l’innovation, Nokia Bell Labs, affirme avoir mis au point une nouvelle technologie de batterie capable de doubler l’autonomie des futurs smartphones de Nokia. Cette technologie, désormais brevetée, pourrait en outre être vendue et profiter à d’autres fabricants de mobiles.

Nokia Bell Labs a pu concevoir cette nouvelle technologie avec le concours du centre AMBER, de l’université irlandaise de Trinity Collège à Dublin. Spécialement pensée pour la 5G, cette dernière présente l’avantage de ne pas épaissir les batteries. Le design ultra fin de nos smartphones ne devrait donc pas être compromis.

La promesse d’une autonomie plus que doublée

Selon WCCFTech, la technologie de batterie brevetée par Nokia Bell Labs se base sur des nanotubes de lithium. Elle pourrait permettre de multiplier par 2,5 fois l’autonomie constatée sur les modèles de smartphones les plus endurants du marché. Une annonce qui promet de changer la donne alors que, depuis quelques années, les constructeurs semblent privilégier avant tout les innovations en matière de recharge rapide, au détriment d’une autonomie que le consommateur aimerait plus copieuse.

« En emmagasinant une plus grande quantité d’énergie dans un espace plus restreint, cette nouvelle technologie de batterie aura un impact profond sur la 5G et le monde réseau dans son entier. La combinaison des connaissances de l’industrie, des appareils de Nokia Bell Labs et de l’expertise d’AMBER en science des matériaux nous a permis de nous attaquer à un problème extrêmement ardu impliquant plusieurs disciplines (…) », explique Nokia Bell Labs dans un communiqué.

Des recharges moins nombreuses pour une espérance de vie améliorée

La technologie de Nokia devrait permettre aux utilisateurs de recharger moins souvent leur smartphone qu’à l’heure actuelle, si elle tient ses promesses. Avec des cycles de recharge moins fréquents, les batteries, moins sollicitées, pourraient profiter d’une espérance de vie accrue.

Nokia explique avoir déposé un brevet pour sa nouvelle technologie et indique songer à la commercialiser, sans toutefois se fendre d’un éventuel créneau de mise sur le marché. Comme le précise WCCFTech, des firmes concurrentes comme Samsung SDI ou encore LG Chem (filiales de Samsung et LG spécialisées dans la conception des batteries) pourraient elles aussi travailler sur des technologies similaires.

 

 

 

 

 

Source : https://www.clubic.com/smartphone/actualite-861580-nokia-technologie-doubler-autonomie-smartphones.html

0 comment
0 FacebookTwitterPinterestEmail
Open chat
1
comment puis-je vous aider
Hello
Comment pouvons nous vous aider.